Les comptes de l'Etat Français

1er volet : Introduction aux comptes de l’Etat Français

Tout d’abord, on peut mettre en avant le fait que l’Etat Français n’a pas un seul organe mais une multitude. Nous pouvons regrouper les grandes catégories des comptes de l’Etat Français en 4 secteurs :

  • L’Etat
  • Les Organismes d’administration centrale
  • Les Administrations publiques locales
  • Les Administrations de Sécurité Sociale

Chaque secteur va publier ses propres comptes et pourra donc être analysé de manière spécifique.

Pour bien comprendre les attributions de chaque secteur, voici une présentation par regroupement :

  • L’Etat (APUC) : est désignée par le sigle APUC (Administration Publique Centrale). Il est composé notamment par le pouvoir exécutif (Gouvernement), le pouvoir législatif (Parlement) et le pouvoir judiciaire (Magistrature).
  • Les Organismes d’administration centrale (ODAC) : regroupent les organismes auxquels l’Etat a donné une compétence fonctionnelle au niveau national. Ces organismes sont contrôlés et financés majoritairement par l’Etat. Il existe plus de 700 ODAC (Organismes Divers d’Administration Centrale), on peut citer par exemple l’INPI, le CNRS, l’AMF ou le FNAL. Ces ODAC sont regroupés dans les grandes fonctions suivantes : action économique, culture, enseignement-recherche, interventions sociales, logement, santé et transports.
  • Les Administrations publiques locales (APUL) : regroupent les collectivités territoriales. Nous retrouvons notamment les régions, les départements, les intercommunalités ou les communes.
  • Les Administrations de Sécurité Sociale (ASSO) : regroupent l’ensemble des services chargées du service public de la Sécurité Sociale. Les recettes sont principalement composées du recouvrement des cotisations et les dépenses sont principalement composées du versement des prestations sociales prévues par le Code de la Sécurité Sociale.

Il faut savoir que si on veut connaître la situation globale de l’Etat Français, il faut prendre en compte les chiffres cumulés de ces secteurs. Pour les comptes de l’Etat, on parle généralement de recettes et de dépenses ou de ressources et de charges constituant le budget. Ce budget est voté chaque année par le Parlement (députés et sénateurs) dans une loi de finances. Suite au vote ce budget, le gouvernement pourra encore procéder à des ajustements portant sur 2% des crédits d’une mission. Pour plus d’impact, il devra passer par une loi rectificative.

Qu’est-ce que le PIB ?

Le produit intérieur brut (PIB) mesure la production économique réalisée à l’intérieur d’un pays donné. Il évalue la valeur totale de la production de richesse des agents économiques résidants à l’intérieur de ce pays (ménages, entreprises, administrations publiques). Le PIB correspond à la somme des valeurs ajoutées, c’est-à-dire à la valeur de la production de biens et de services des agents économiques.

De manière générale, les grands chiffres de l’Etat Français cumulés sont les suivants :

  • Recettes : 1 181,2 Mds € en 2016
  • Dépenses : 1 257 Mds € en 2016
  • PIB : 2 228,9 Mds € pour 2016
  • Croissance du PIB : 1,9% pour 2017
  • Déficit public : 67,8 Mds € soit 2,7% du PIB pour 2017 et 75,8 Mds € pour 2016
  • Dette publique : 2 226,1 Mds € soit 98,1% du PIB au 3ème trimestre 2017
  • Chômage : 9,7% de la population active au 3ème trimestre 2017
  • Actif : 3 220 Mds € en 2016 (dont 1 952 Mds € d’actifs non financiers et 1 268 Mds € d’actifs financiers hors produits dérivés)
  • Passif : 3 031 Mds € en 2016
  • Patrimoine net des ménages français : 11 145 Mds € en 2016
Sources :