L'activité

Que retrouve-t-on comme activité professionnelle dans cette catégorie de métier ? Quelles sont les activités périphériques souvent retrouvées dans cette catégorie ?

Un centre de contrôle technique est un établissement chargé de vérifier le bon état de marche et l’état satisfaisant d’entretien des véhicules légers (moins de 3,5 tonnes) ou des véhicules lourds (poids total en charge supérieur à 3,5 tonnes).

Il existe deux types de centres de contrôle technique automobile : les centres rattachés à un réseau et les centres non rattachés à un réseau.

 

Tendances actuelles du métier, notre savoir-faire

L'activité du contrôle technique profite d'un cadre réglementaire favorable.

Du point de vue du matériel, chaque centre doit être équipé d'un dispositif de contrôle du réglage des feux d'éclairage, d'un dispositif de contrôle de la pression de gonflage des pneumatiques, de dispositifs pour le contrôle du freinage et la pesée, d'un appareil de contrôle de la symétrie de la suspension à mise en œuvre électromécanique, d'un dispositif pour le contrôle des angles de braquage ou dispositif de contrôle du roulement (plaques de ripage), de dispositifs de mesure des émissions polluantes et de matériels auxiliaires (levage, fosse/pont élévateur, outillage gaz, contrôleur d’usure des pneumatiques).

Seulement 5 réseaux spécialistes sont agréés par l'Etat du fait de restriction sur la présence dans plusieurs départements notamment : Securitest, Auto Securité, Autosur, Autovision, Dekra-Norisko. 

Certaines enseignes généralistes de l'automobile proposent en complément de leurs activités de centres automobile des prestations de contrôle technique. L'agrément n'est accordé à ces centres qu'en cas de nécessité d'assurer une meilleure couverture géographique et de répondre aux besoins des usagers.

Si vous exercez en entreprise individuelle, il est vivement recommandé de soumettre ses comptes à un professionnel agréé pour délivrer le visa fiscal pour éviter une majoration de votre bénéfice de 25%. 

Avec Compta&Experts, vous pourrez gérer votre quotidien de manière optimale. Vos tableaux de bord, suivi de caisse, informations sectorielles seront présents au quotidien pour vous permettre de prendre vos décisions avec la meilleure information.

De plus, nous serons présents pour vous accompagner dans le suivi des cartes de fidélité (remise fidélité) et la gestion des stocks.

 

Les atouts Compta&Experts

Suivi de vos indicateurs clés avec comparaison avec votre secteur
Compta&Experts vous accompagne au quotidien
Méthode de fidélisation de vos clients et de gestion des stocks spécifiques à votre métier

 

Fonctionnement

Formation

Pour être exploitant d'un centre de contrôle, il faut pouvoir justifier soit :

  • d'une formation d'une durée minimale de 35 heures, dispensée par un organisme de formation reconnu par les pouvoirs publics portant sur la qualité et sur les réglementations spécifiques s'appliquant à la profession,
  • d'une attestation de stage justifiant la réalisation d'une des formations permettant l'accès à la profession de contrôleur technique automobile.

Un stage de préparation à l’installation dispensé par les chambres de métiers et de l’artisanat doit être effectué, sauf dispense.

Pour le secteur artisanal, un stage de préparation à l'installation (SPI) de 4 à 5 jours est nécessaire auprès de la Chambre des Métiers. Il vous faudra prévoir un budget d'environ 250 € pour ce stage.

 

Type de structure, nature de l'activité

Le type de structure pour ces métiers peut être indépendant ou en réseau. La nature de l'activité sera en règle générale artisanale.

A noter que pour un centre de contrôle technique de plus de 10 salariés, nous serons sur une activité uniquement commerciale.

Dans le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Moselle, l’activité reste artisanale quel que soit l’effectif de l’entreprise dès lors qu’elle n’utilise pas de procédé industriel.

 

Règlementation spécifique au métier

Les véhicules deux roues ne sont pas concernés par le contrôle technique.

Il existe une règlementation concernant l'exercice de l'activité de contrôle technique de véhicules légers ou lourds pour lesquels il faut justifier d'une qualification déterminée.

L'activité d'un centre de contrôle doit s'exercer dans des locaux n'abritant aucune activité de réparation ou de commerce automobile et ne communiquant avec aucun local abritant une telle activité 

Le contrôleur technique de véhicules légers ou lourds doit obligatoirement obtenir un agrément préfectoral pour pouvoir exercer leur activité (un agrément pour chaque activité). Le centre de contrôle doit afficher à la vue du public le panneau attestant de son agrément préfectoral.

De plus, l'exploitant d'un centre de contrôle technique de véhicules légers ou lourds doit obligatoirement obtenir un agrément des installations de ce centre de contrôle (un agrément par activité également).

Si les locaux sont ouverts au public, les obligations relatives aux ERP - établissements recevant du public - doivent être respectées.

 

Spécificités comptables, fiscales et sociales

Quels sont les enjeux de comptabilisation sur cette catégorie de métier ?

Il n'existe pas de plan comptable professionnel pour l’activité de centre de contrôle technique.

Pour le régime de la déclaration contrôlée, on doit appliquer une comptabilité de trésorerie (option possible pour la comptabilité d’engagement).

Pour un exercice en société, on applique les règles de la comptabilité commerciale complète.

 

Quelles sont les taxes dues par cette catégorie de métier ?

Une liasse fiscale est due par toutes les sociétés. De plus, les sociétés à l'IS devront s'acquitter de cette taxe.

Les autres déclarations et taxes à payer sont les suivantes : CFE, CVAE, DAS 2.

Dans le cadre du financement de l'organisme technique central, les réseaux de contrôle et les centres de contrôle non rattachés à un réseau perçoivent une contribution, pour chaque contrôle technique effectué et en sus du prix de celui-ci, une somme qui ne peut excéder 2 % du prix du contrôle. Le 20 de chaque mois, ils reversent à l'organisme technique central les sommes collectées lors des contrôles effectués au cours du mois précédent.

 

La convention collective applicable aux centres de contrôle technique (JO 3034 - IDCC 1090) et ses points essentiels

Il existe une dispense de préavis pour le salarié licencié ayant retrouvé un emploi.

Il est prévu des heures pour recherche d'emploi accordées au salarié qui quitte l'entreprise pendant son préavis.

Des congés payés supplémentaires sont dues dès 20 ans d'ancienneté.

Les salariés ont droit à une majoration de 100% pour travail exceptionnel un jour férié habituellement chômé.

Il est prévu le maintien de salaire pendant le congé de maternité.

 

Gestion et stratégie spécifique

Les indicateurs à privilégier dans le suivi de cette activité sont les suivants

  • Suivi de l'évolution du CA et de la saisonnalité
  • Suivi des charges de personnel par rapport à l'activité et sa saisonnalité
  • CA réalisé en moyenne par salarié
  • CA par client : pour connaître le panier moyen de vos clients

 

Pour quelle raison ces indicateurs sont intéressants à suivre ?

Tout d'abord, il est primordial de voir l'évolution du chiffre d'affaires et sa saisonnalité pour ajuster éventuellement sa communication.

La comparaison avec les concurrents du secteur permettra éventuellement de réviser certains prix pratiqués par votre établissement.

Il est intéressant de connaître son CA par salarié car on peut se rendre compte facilement de la rentabilité de son établissement et ajuster éventuellement son volume d'activité ou ses prix par exemple.

 

Quelles sont les points stratégiques à suivre ?

Au niveau marketing, il est conseillé d'axer ses efforts autour des éléments suivants : site internet, carte fidélité, prospectus, annonces presse, radio.

Pour mieux adapter votre stratégie et votre politique prix, il est conseillé d'être attentif aux éléments suivants : attractivité de l'emplacement, concurrence, profil clientèle (plus ou moins aisée), attractivité du local et présentation.

Au niveau des investissements pour les créateurs, il faut prendre en compte notamment le besoin d'un local suffisamment grand (200 à 250 m² pour les véhicules légers et 5 000 m² pour les véhicules lourds) avec une aire de dégagement. Le matériel informatique et les installations de contrôle peuvent se monter à 50 K€ à 80 K€ pour les véhicules légers et 300 K€ pour les véhicules lourds.

Nos dernières actualités

Aides à l’embauche

Il existe de nombreux dispositifs d’aide à l’embauche notamment en ce qui concerne les secteurs géographiques (comme les ZFU, ZRU ou les ZRR) et les salariés spécifiques. Nous allons aborder ici plusieurs dispositifs concernant l’embauche de salariés spécifiques.

Mécénat et dons aux associations

Toutes les entreprises assujetties à l’IS ou à l’IR et ayant fait des dons à des organismes à but non lucratif ou des associations peuvent être éligibles à l’obtention d’une déduction fiscale.

Taxe sur les Véhicules de Société

La taxe sur les véhicules de société concerne les sociétés à but lucratif utilisant un ou plusieurs véhicules à destination de transport de passagers. Le véhicule doit être immatriculé VP (voiture particulière) ou N1 (usage multiple). A noter que les véhicules à usage commercial ou industriel ne sont pas soumis à la TVS.